Jane Evelyn Atwood - Rendez-vous Image

article(s)
|
26-28 Janvier 2018
Strasbourg
|
Aller au contenu

Menu principal :

Pages non visibles > Directeurs artistiques
Jane Evelyn ATWOOD
___________________________________

Directrice Artistique du 3e RDV•I 2013
Jane Evelyn ATWOOD
Jane Evelyn Atwood est née à New York et vit en France depuis 1971. Son oeuvre traduit la profonde intimité qu'elle entretient avec ses sujets sur de longues périodes. Fascinée par les gens et par la notion d’exclusion, elle a réussi à pénétrer des mondes que la plupart d’entre nous ignorent ou décident d’ignorer.
Bien que ses travaux s'apparentent à des reportages, Jane Evelyn Atwood se définit elle-même plutôt comme une auteur, qui s'exprime avec des images, et des textes.

Ses projets photographiques peuvent s'étaler sur plusieurs années, jusqu'à ce qu'elle puisse rentrer en profondeur dans le sujet, et pénétrer des lieux et des mondes que nul n'avait explorés en détails avant elle. C'est le cas de son sujet Femmes en prison, qui l'occupa près de 10 ans. Atwood eut accès à plus de 40 prisons, parmi lesquels les pénitenciers les plus durs, en Europe de l'Ouest et de l'Est ainsi qu'aux États-Unis, y compris le couloir de la mort.

Jane Evelyn Atwood a aussi travaillé sur les thèmes des prostituées à Paris (son premier sujet), du Darfour, des enfants aveugles et des mines antipersonnel.

En 2011, la Maison européenne de la photographie consacre une première grande rétrospective à l'œuvre de Jane Evelyn Atwood, présentant, sous le titre Photographies 1976-2010, trente-cinq ans de travail, autour de six séries majeures (les prostituées, les aveugles, les femmes en prison, Jean-Louis/Vivre et mourir du sida, les victimes de mines antipersonnels, Haïti).


Elle est l’auteur de dix livres, dont Nächtlicher Alltag (Mahnert-Lueg, 1981), consacré aux prostituées de Paris ; Legionnaires (Hologramme, 1986) ; Extérieur Nuit, sur les aveugles (Actes Sud, Photo Poche Société, 1998) ; Trop de Peines, femmes en prison (Albin Michel) et Too Much Time, Women in Prison (Phaidon, 2000), résultat de 10 années de travail qui reste, jusqu’à aujourd’hui, la référence photographique déterminante sur l’incarcération féminine ; ainsi que Sentinelles de l’ombre (Seuil, 2004), l’aboutissement d’un travail de quatre ans au Cambodge, au Mozambique, en Angola, au Kosovo et en Afghanistan, sur les ravages de mines antipersonnel.

Rétrospective de Jane Evelyn ATWOOD à la MEP
(Maison Européenne de la Photographie)

A Contre Coups (avec Annette Lucas), quinze portraits de femmes françaises confrontées à la violence, est publié en 2006 (Xavier Barral). En 2008 est publié Haïti, le résultat de trois années de travail (Actes Sud), ainsi que Badate, une histoire intime sur le phénomène des femmes d’Ukraine qui s’occupent des personnes âgées en Italie (Silvana Editoriale, Milan). En 2010, elle entre dans la prestigieuse série Photo Poche monographie avec Jane Evelyn Atwood #125 (Actes Sud). En 2011, son tout premier travail sur la prostitution est re-édité chez Xavier Barral dans Rue Des Lombards.

L’oeuvre de Jane Evelyn Atwood a été récompensée par des prix internationaux les plus prestigieux, dont : la première bourse décernée par la Fondation W. Eugene Smith en 1980 ; un Prix de la Fondation du World Press Photo d’Amsterdam en 1987 ; en 1990, le Grand Prix Paris Match du Photojournalisme ainsi que le Grand Prix du Portfolio de la Société Civile des Auteurs Multimédia (SCAM) ; le Prix Oskar Barnack/Leica Camera en 1997 ; et un Prix Alfred Eisenstaedt en 1998. En 2005, elle s’est vue décerner le Charles Flint Kellogg Award in Arts and Letters de Bard College, U.S.A.

www.janeevelynatwood.com



© 2017 - Rendez-vous • Image
RECEVOIR LA NEWSLETTER
Retourner au contenu | Retourner au menu