Actualité des auteurs - Rendez-vous • Image

article(s)
|
|
|
Exposition :
29-31 janvier 2021
Aller au contenu
ACTUALITE DES AUTEURS
RDVI publie l’actualité des photographes et auteurs de livres-photos ayant exposé lors de ses manifestations.
Gilles MONACO

Cette photo a été réalisée près de chez moi à Gémenos . Ce sont les chevaux du poney club Les Ecuries de Gémenos pris au sun set il y a peu de temps . J 'ai beaucoup photographié mon environnement immédiat .

Roland DEGLAIN

Passionné de photographie artistique, je trouve en Bretagne l'essentiel de mon inspiration. Je pratique la photographie depuis l'enfance et conçois ma pratique comme une école de patience, une école du regard. Auteur-photographe depuis ma retraite il y a quelques années, je chronique sur mon blog des livres sur la photo et mes coups de cœur sur des expositions et salons visités en Belgique et en France. En panne de créativité pendant le confinement, je salue ici le retour de l'été.

Catherine PETIT

« Il a plu »
Composition photographique de la série nature morte de mon travail guidé par l’idée de poésie plastique ; mettre en scène des p’tis riens avec des riens ici quelques violettes sauvages dans un écrin ou nid de plastique ; jeu de matières : eau terre plastique végétal.
Une exposition prévue et reportée à 2021 à la cave viticole de Ribeauvillé.

Jean CAZELLES

Jean Cazelles fait naître la lumière du noir. Celui-ci, « noir de schistes, noir des fumées, noir de la houille et des crassiers », comme l’écrit son ami Jean-Claude Gautrand, est une source de métamorphoses du réel. Le photographe dissout la substance même de la photographie : l’objet ou le fragment de nature s’en trouve transfiguré. Ou si l’on préfère, le sujet initial doit être déchiffré. Jean Cazelles, ami de Jean Dieuzaide, -  l’héliogravure, un caviar délicieux -, émule d’Ubac, de Brassaï, d’Ansel Adams, de Wynn Bullock, atteint une forme d’abstraction mystérieuse. Il se souvient de ses visites à la Galerie de France, où il découvrait Zao Wou Ki, Poliakoff, Hartung. Chez Cazelles l’emprise de la matière dépasse les effets picturaux : le laboratoire défie toute tentation du réel.
 
Benoît Decron
Directeur du Musée Soulages de Rodez

Pierre ZIMMERMANN

C’est avec grand plaisir que je vous présente une image extraite de ma toute nouvelle série intitulée “ Il pleut sur ma ville…. “.
La pluie nous permet d’appréhender notre environnement direct sous un jour différent. Elle nous offre une vision moins stricte et plus adoucie, plus abstraite et presque brouillée de notre quotidien. Elle nous permet de réinventer des scènes de vie et d’imaginer un nouveau contexte à celui qui nous entoure.
Bruno et Dorota SENECHAL

Photographes animaliers et grands voyageurs, nous avions présenté en 2018 notre populaire série sur les Ours Polaires et leurs oursons, au Salon RDVI. Le livre qui avait obtenu à l’époque le prix du public, a depuis été primé à New York, Tokyo, Budapest, et Moscou.
Cette année, nous commençons à présenter au public, une nouvelle exposition sur les Manchots, accompagnée d’un nouveau livre, à paraître dans le courant de l’été.
Il s’agira d’une nouvelle invitation au voyage en territoires extrêmes.
 « Les Manchots des Terres Subantarctiques », une exposition à découvrir cette année, notamment au Salon de la Photo de Paris.

Loredana CELANO

Ce qu’il me reste de souvenirs de mes voyages, ce sont des détails et des fragments de lieux qui m'ont particulièrement fasciné, étonné ou touché.
 
J'explore le paysage avec mon appareil photo et je franchis les frontières dans le but de présenter une réalité qui est déroutante pour moi et pour le spectateur. Je me détache du contexte spécifique et je découvre un monde dans un autre monde abstrait, irréel, parfois lunaire, mais toujours profondément contemporain et concret.


Marie-France ZUMAQUERO

"Territoire des flamants roses, Des   taureaux et des chevaux, Terre de travail pour les hommes Où rectangles,   carrés et triangles se colorent, C’est en prenant de la hauteur Traversant   rizières et marais, Que ces lignes de vie apparaissent." J'expose   jusqu'au 19 juillet à la galerie du café culturel FMR à l'Isle sur la Sorgue   (Vaucluse) ma série "Lignes de vie Camarguaises".


Daniel KIEFFER

Un virus met le monde sens dessus-dessous et sème la discorde jusque dans une vallée retirée…
L’histoire contée ici a été écrite et mise en scène au jour le jour durant le confinement lié au Coronavirus au courant du mois d’avril-mai 2020.
Avec de simples figurines plantées dans des décors improbables et des textes à l’humour diffus, Daniel Kieffer nous embarque dans une aventure des plus rocambolesques. Collés aux basques de Tonton et Mylène lors d’une randonnée en pays plus ou moins confiné, il nous plonge dans le nouveau temps, incertain et fébrile, qui s’est invité sans préavis dans notre quotidien. Entourés de voisins jamais à court d’idées loufoques, les deux personnages nous entraînent dans une chronique décalée, autant par le texte que par les photographies. La succession de scénettes ressemble à un journal doux-amer mêlant le réel, le poétique, le ludique.
32 épisodes constituent ainsi une belle échappée et agissent comme un antidote salvateur dans le contexte quelque fois pesant du Covid 19. Si les questions posées sont réelles, les réponses des protagonistes le sont beaucoup moins, les situations sont détournées avec humour et dérision : leur discours est multiple, comme l’est le nôtre face à la pandémie.



Ivàn NAVARRO

"Fang" (boue en valencien) est le nouveau projet du photographe espagnol Iván Navarro. Il s'agit d'une étude de l'identité valencienne à travers l'interprétation des symboles les plus pertinents de cette culture. Dans cette photo, Iván parle de l'histoire de Valence à travers la technique du transfert de photos ; être ce que nous sommes, c'est voir d'où nous venons.


Carismarkus

Markus "Carismarkus" KAMMERER a parcouru l'Europe pendant cinq ans et a exposé ses "Lost Places" à deux reprises au salon RDVI.
Le temps du premier livre de photographies est venu.
Dans un style qui lui est propre, il se fait témoin dans la sérénité du silence et de la grâce qui sont venus habiter ces bâtiments. La grâce est intemporelle. Voilà pourquoi on ne se lassera pas d’ouvrir encore et encore cet ouvrage au fil du temps.

Le livre en trois langues (allemand, français et anglais) est financé par le crowdfounding et peut être précommandé sur le site web de la campagne :
Page d'accueil avec des informations complémentaires : https://carismarkus.de/start/das-buch/


Claudia ALBISSER-HUND

Je gagne ma vie avec la photographie culinaire, pour la pub et pour l’édition. Là, le défi c’est toujours la situation parfaite, idéalisée et harmonieuse. Dans la vie réelle, les situations ne sont jamais comme ça.
J’aime ces moments “nuls”, qui diffusent une esthétique en lumière et graphisme et restent quand-même authentiques !
Pendant ce confinement j’ai eu la chance d’observer beaucoup plus ces moments ; dans ma maison, ma cuisine et mon jardin.
Toujours en recherche d’une expression entre photographie et peinture, je suis en train de réaliser une série : “les natures mortes de la vie réelle”.


Juliette PAVY

Je travaille actuellement sur un projet de photographie documentaire à propos des modes de vies alternatifs. Je viens de lancer une campagne de financement participatif ( https://urlz.fr/cBlK ) qui doit m'aider à concrétiser la production d’un livre et d’une exposition sur ce projet.

Photographe membre Hans Lucas


Mathieu THIEBAUT

Je continue à enrichir la série “Briques après Briques” que je veux poursuivre... Humour, reflet, accessoires du quotidien, et figurines, tout y est. L'objectif est toujours d'attirer le regard du public de tout âge, avec ses personnages qui nous ressemblent, dans les situations les plus loufoques.

Cette série sera visible au parc des expositions de Colmar début octobre prochain, lors du salon Fana'Briques, et je l'espère en solo dans Strasbourg avant la fin de l'année.

Je tiens aussi à remercier ici les visiteurs de RDVI 2020 pour m’avoir attribué le prix du public (le deuxième après celui obtenu lors de “Luminance” à Achenheim).


Françoise et Jean-Michel JEUDY

Après mon livre « Singapour de verre, d’acier & d’orchidées » présenté à RDVI 2020, deux actualités :
  • Mon court-métrage photo présenté au concours régional est monté en national. En voici le lien : Le Gardian
  • La parution du recueil de poèmes « Le cœur en abîme » de Jean-Michel JEUDY. Jusqu’alors, mon mari (JMJ) s’est inspiré de mes photos pour écrire ses poèmes. Pour cet ouvrage, il m’a demandé d’illustrer ses textes avec des « photos dentelles ».
L’ouvrage est disponible auprès de l’auteur, lesjeudy67@gmail.com


Ignacio HAASER

Au-delà du côté esthétique et poétique que pourront évoquer certaines images de la série « Cuba ay que luchar » (Cuba, nous devons nous battre), la révolution n’a pas forcément été la solution pour régler tous les problèmes existant avant l’arrivée au pouvoir de Castro. Il existe un certain équilibre, mais il est très précaire et une dichotomie importante reste présente entre les différentes couches de la société.
 
La série traite également de quelques portraits de jeunes apprentis boxeurs réalisés au Gimnasio de Boxeo Rafael Trejo , qu’Alberto Gonzales Caturla, ancien boxeur devenu entraîneur, m’a donné la possibilité de réaliser de manière fugace.

Jordy GROSBORNE

Réalisation de séries inspirées par le confinement et la période actuelle :
-  “Rêvalité” (mélange entre rêve et réalité)
-  “Éloge du vide”
-  “Strasbourg un soir du 14 mars”

Dans ces instants de flous, où le lointain se nimbe d’un voile de rêve, où seul l’imaginaire permet de pousser les murs, le regard se pose sur le quotidien avec un autre point de vue. On découvre un sourire chaleureux dans le familier, les fleurs n’y fanent pas, déjà on est ailleurs. Pas loin de l’enfance sans doute, avec cette capacité à ne voir des choses qui ne parlent qu’à soi, des amis qui ne sont imaginaires que pour les autres qui ne voient que des objets. Dans ce refuge ni là, ni ailleurs, juste en « Rêvalité ».

Marie-Agnès KOPP

« Rivages »
Le temps n'est que l'éternité en mouvement. Représenter à la fois le mouvement de l'instant, et l'immobilité de l'intemporel  pourrait être la manière de figurer un destin poétique.

J'ai une exposition prévue, du 15 au 29 septembre2020, à Strasbourg, à l'église St-Pierre le Vieux, qui s'intitulera « la Route ».

Enfin, je vais publier un 2ème livre de mes photographies accompagnées de poèmes que j'ai écrits, en septembre 2020, aux éditions Unicité. Il s'intitulera « Sur la lisière du vent ».


Michel DAUMERGUE

Témoignage
La trace, l'absence, révèlent quelque chose qui a été là, qui a existé à cet endroit. Des espaces jadis intimes révèlent des histoires mises à jour par la destruction. Plus rarement, des objets délaissés sont encore là.
La photographie a pour principe fondamental de figer l'instant, de témoigner d'un "ça a été". Les destructions qui génèrent ces maisons manquantes, opèrent un peu de la même manière. Ce qui est enlevé fait découvrir les vestiges d'une archéologie verticale brutale que vient à son tour fixer le photographe. Juste avant que la logique immobilière ne remplace définitivement ce passé révolu, par d'autres histoires et d'autres vies.

J’expose à Fontvieille (13) avec Artprogress les 4,5 et 6 Septembre 2020 si tout va bien

Véronique ABOUR

Marrakich
Image de ma dernière série « Marrakich » faite dans les ruelles de Marrakech au petit matin, lorsque la vie commence.
« Nous sommes des nomades. Nous arrêtons parfois le cours de notre quête le temps d’une halte. »
[Photographe REZA].

Une expo prévue du 17 au 20 septembre « Phot'Aubrac » où j'exposerai ma série « Regard Posé ».

Jens PHILIPP

"The Golden Cage (La Cage d'or) de Jens Philipp fait référence aux chaînes de notre riche civilisation en cette période de Covid-19. En raison de la restriction de la proximité physique il remplace le modèle par un bloc de béton.

Mariapia BRACCHI

Confinée avec mon fils, Adrien depuis le 17 mars 2020, nous réalisons une photo, tous les deux jours, en utilisant uniquement ce qui se trouve à portée de main.
Ce rendez-vous nous permet de rester créatifs et combatifs.
Face au scandale lié à la pénurie de masques, nous avons fabriqué les nôtres !

Melanie HABERKORN

Projet de livre photo actuel "La pension – Petites échappés"
L’échappée désigne la fuite du monde réel et de ses exigences pour une réalité illusoire. Dans les mises en scène de Melanie Haberkorn les individus sont représentés à la frontière entre l'apparence extérieure et leur moi imaginaire. Il en résulte des synthèses à l’humour subtil des deux mondes qui se présentent au spectateur comme des situations insolites qui conservent une part de mystère. Les accessoires utilisés symbolisent la perception de soi, les rêves et les craintes des personnes représentées et évoquent symboliquement leurs évasions occasionnelles de la réalité, leurs "petites échappées".

Thibaut FROEHLY

"Toujours choisir la lumière"
Une image qui reflète la situation que nous traversons. Une situation remplie d'incertitudes. Une situation contrastée, qui n'est facile pour personne et qui nous affecte tous. Une situation inédite et exceptionnelle.
Ce flou rend les choix que nous devons faire bien difficiles, dans cette période plus que jamais.
Puissent nos choix être toujours éclairés, constructifs et fédérateurs.


Pascal REGALDI

"La vie d'après"
L'activité étant à l'arrêt, je documente le réel de la petite ville ou je réside : Salins les Bains et prend en photos tous les acteurs locaux avec mon Leica en postant une photo par jour (associations, commerçants mais aussi habitants...) pour faire lien entre tous ; cette série s'appelait "Confinés mais ensemble" et s'est transformée en "La vie d'après".

J'ai des expos à venir en juin (normalement) "Portraits d'artisans" à La galerie le Bocal à salins les Bains et en septembre une expo musicale à Ornans présentant des photos de Cuba : "Le temps suspendu".


© 2020 - Rendez-vous Image
Ligne verticale
Ligne verticale
Ligne verticale
Retourner au contenu