Les lauréats 2015 - Rendez-vous Image

article(s)
|
26-28 janvier 2018
Strasbourg
|
|
Aller au contenu

Menu principal :

Pages non visibles > Les lauréats
LES LAUREATS du 5e RDVI - Janvier 2015
_____________________

Directeur Artistique : Denis ROUVRE
Vincent MULLER
___________________________________

1er PRIX PHOTO
1er Prix Photo - RDV•I 2015

Vincent MULLER
Strasbourg - France
contact@vincentmuller.fr
www.vincentmuller.fr

Après des études de photographie à Toulouse, je travaille en tant qu'indépendant et pour différentes agences publicitaires. Par la suite, je deviens directeur de la photographie pour le magazine WAS à Strasbourg, où je réalise divers reportages et portraits de personnalités. Aujourd'hui, à nouveau indépendant, je traite tous les jours de sujets différents. Je n'aime pas particulièrement faire des photos de mises en scène : je préfère capturer la spontanéité et la réalité de l'instant.

Messeplatz
Bâle, Avril 2014

Ce soir-là, un rayon de soleil s’engouffrait sous les toits design de la station Messeplatz.
Il semblait illuminer la place pour une éternité.
Parfois, le rayon de soleil éblouissait les passants.
Parfois, il se posait sur eux comme un doux baiser et il les rendait beaux.

Mais les passants marchaient vite, ils se bousculaient.
On aurait dit que le temps s’était arrêté et que seuls les plus pressés pouvaient encore courir dans la lumière.
Lise DUA
___________________________________

2e PRIX PHOTO
2e Prix Photo - RDV•I 2015

Lise DUA
Lyon - France
lisedua@hotmail.fr
www.lisedua.com

Mon travail s’articule autour d’une rencontre. Qu’elle soit rencontre avec un lieu ou avec un modèle elle est en elle-même une expérience, un moment intime de recueillement. La volonté de travailler autour du portrait a pris source dans une fascination pour le regard frontal. Faire le portrait d’une personne est pour moi reconnaissance d’autrui mais c'est aussi un moment de mise à l’épreuve. Je recherche constamment cette adéquation entre l’espace et la personne représentée, cet instant singulier où la personne semble faire corps avec son environnement. Elles cessent alors d’être «modèles» pour devenir «figures». Nourrie par le cinéma autant que par la photographie, une narration s’installe dans le rythme et le déroulé de mes images. Celles-ci se déclinent en séries où l’on plonge dans un espace-temps particulier et propre à chaque rencontre.

Coced

Coced, en russe, désigne le voisin, pas le voisin de palier comme on peut l’entendre en français mais plutôt le colocataire ou «flatmate» en anglais. En russe il n’existe pas de mot équivalent et pourtant la pratique de partager un espace de vie est très répandue. De l’héritage soviétique des appartements communautaires à de nouvelles formes de vie en communauté, je suis partie à la recherche de ces espaces de cohabitation à Moscou, Samara et Saint Saint-Pétersbourg. Les coced ne sont pas des colocataires, mais presque des voisins de palier. Dans le couloir ils se frôlent sans jamais court-circuiter la trajectoire de leur prochain. La chambre devient le refuge de leur intimité
Dominique PICHARD
___________________________________

3e PRIX PHOTO
3e Prix Photo - RDV•I 2015

Dominique PICHARD
Strasbourg - France
pmod.photo@gmail.com
www.p-mod.com

Officiant professionnellement dans la photographie depuis 17 ans, Dominique Pichard a quitté le confort d'un laboratoire photo pour se plonger dans le vaste univers de l'indépendance depuis 2007. Issu du milieu alternatif, il publie rapidement dans la presse tattoo internationale, parcourant le monde au gré des conventions de tatouage qu'il couvre notamment pour le magazine Rise depuis 2008 et le site américain de référence SuicideGirls, affinant sa pratique du portrait.
Depuis 2013, il développe d'autres approches du métier pour se frotter à des sensations et des rythmes différents : la vidéo ainsi que le photojournalisme (ARTE, Mediapart...) qui a débouché sur des premières collaborations avec la presse d'information nationale.

De chair et d'encre

Longtemps réservé aux marins, prisonniers et autres marginaux, le tatouage a longuement souffert d'une mauvaise réputation. La dernière décennie a vu ce phénomène sortir de l'ombre de façon ostentatoire en devenant un véritable phénomène de société. Cette série argentique, a été réalisée des Etats-Unis à l'Asie entre 2010 et aujourd'hui, et regroupe pionniers, référents et adeptes de cet art rencontrés en marge de travaux pour la presse spécialisée.

Technique : Hasselblad 500CM - Kodak TX400
Oualid BEN SALEM
___________________________________

PRIX PHOTO - MENTION SPECIALE
Prix Photo - Mention spéciale - RDV•I 2015

Oualid BEN SALEM
Mulhouse - France
oualidsalem@gmail.com
www.salem-photographe.fr

Plutôt que de raconter des discours qui créent des images différentes selon l’interprétation de chacun, la photographie est pour moi le support idéal pour transmettre un message, une émotion, compréhensible de tous de façon universelle. Je raconte à travers mes œuvres, à la fois le parcours improbable d’un jeune de cité, les difficultés et les questions rencontrées sur le chemin ainsi que ce mélange subtil de matières, de rencontres et de rêves qui ont contribués à construire l’homme que je suis.

Droit de sol

Cette série de photos illustre certains paradoxes de la société dans laquelle nous vivons. En lévitation au-dessus du sol, les participants tiennent dans leur main leur carte d’identité, symbolisant les frontières du pays dans lequel ils vivent. Cette posture étrange, improbable et légère, crée une analogie avec notre planète en suspension dans l’espace. Dénuée de toutes attaches matérielles, la terre ne peut être revendiquée comme la propriété d’un seul homme ou d’une patrie quelconque ; on dit alors que la terre appartient à l’humanité toute entière.
Paradoxalement, l’homme n’a plus le droit de circuler librement sur sa planète.
Sophie DUPRESSOIR
___________________________________

PRIX DES PROFESSIONNELS DE L'IMAGE
Prix des professionnels de l'image - RDV•I 2015

Sophie DUPRESSOIR
Strasbourg - France
sdupressoir@gmail.com
www.sophiedupressoir.com

Auteur-photographe indépendante, je suis installée à Strasbourg depuis quatre ans. A côté des travaux de commandes, je réalise des sujets au long cours, entre photographie documentaire et contemporaine. Le thème central de ces sujets est la persistance de la mémoire et les relations qui se nouent entre mémoire collective et mémoire individuelle. Dans la série « Sarajevo, vingt ans après », j’ai photographié les échos du siège de 1992-1995 chez les habitants de la ville vingt ans après les événements. Ce travail a été publié et exposé à plusieurs reprises.

Ulysse

Dans cette série, je m’intéresse aux lieux « de mémoire », ici les plages du débarquement en Normandie. Je les photographie comme une immense scène de théâtre, où les relations qui se nouent entre les vivants et les morts, entre mémoire collective et mémoire individuelle, évoquent la tragédie antique. Les passants, des touristes mais aussi des habitants de la région, que j’ai fixés sans les mettre en scène, en sont à la fois les spectateurs et les personnages. Qu’ils soient sublimes ou comiques, l’action cathartique de la tragédie semble les mener à l’apaisement. Ce travail a été réalisé avec des contraintes d’unité de lieu et d’unité de temps empruntées à la tragédie.
NIKITA
___________________________________

PRIX DU PUBLIC
Prix du Public - RDV•I 2015

NIKITA
Tours - France
fotonikita@gmail.com
www.fotonikita.com

Je suis autodidacte. J'ai commencé en 2000 à pratiquer la photographie et à l'envisager comme une recherche personnelle. Je ne suis pas enfermée dans une linéarité de style et dans la région tourangelle où j'expose régulièrement, on me décrit comme inclassable. Photographier est ma raison d'avancer.

Elle est lui - Il est elle

Les portraits sont présentés en dytiques.
Sur chaque diptyque, on aperçoit un homme et une femme. On se rend compte assez rapidement qu'il s'agit d'une seule personne, et on se demande forcément quel est le genre véritable de la personne photographiée. Mais on n'aura jamais la réponse. Car cette série veut montrer que le genre est une construction. Il y a un côté ludique dans la présentation en diptyque, cependant, on peut ressentir ces photos comme perturbantes. Le choix de prénoms épicènes vient renforcer la démonstration.
PAUL VON BORAX
___________________________________

1er PRIX DU LIVRE
1er prix du livre - Auto-éditeur - RDV•I 2015

Paul VON BORAX
Paris - France
vonborax@gmail.com
www.pvonb.net

Petit, j’accompagne ma sœur dans son laboratoire. C'est l'époque de la lumière rouge et des photos qui apparaissent comme par magie dans la chimie.
Ému, je confonds ma grenadine et le révélateur !  
Depuis, à défaut  de retrouver ce goût, je n'ai plus le choix : j’aurai l’odeur : je DOIS faire des photos.
Aujourd'hui, même si le numérique habite ma poche droite, ma vraie drogue est toujours la chimie...

Et cette chimie, je la consacre à photographier essentiellement des jeunes filles de peu de pudeur dans des histoires à dormir debout. Mais elles font rêver…

Les vacances de Paul à Brétignolles

Paul est à Brétignolles sur mer, il s’ennuie, il est heureux, quand soudain, au détour d’un pâté de sable, brisant son quotidien, apparaît une créature qu’il prend tout d’abord pour un ami… une ode loufoque à l’ennui, plus proche de Jacques Tati que de la guerre des étoiles.

Vincent PEAL
___________________________________

2e PRIX DU LIVRE
2e prix du livre - Auto-éditeur - RDV•I 2015

Vincent PEAL
Bruxelles - Belgique
vincentpeal@hotmail.com
www.vincentpeal.com

Faire des portraits c'est d'abord se rapprocher des autres et transmettre des moments de vie.
Dans la rue, j’ai vu des dizaines de visages, chacun raconte des histoires incroyables, dures, belles, amusantes et quelques fois compliquées; mais, dans ces visages il y a tout un univers à découvrir.

Bruxelles ville ouverte

A travers le projet Bruxelles ville ouverte, j’ai réalisé un reportage photographique au cœur de Bruxelles et me suis tourné vers ce qui fait sa richesse : ses habitants.
Grâce à mon ancrage dans la capitale belge depuis de nombreuses années et plus particulièrement dans le quartier populaire des Marolles, j’ai pu réaliser une série de photos dédiée à une population cosmopolite, marginale et bigarrée.

Ces différents portraits décrivent l'humain dans toute sa sensibilité, sa poésie, sa fragilité, ses drames, son absurdité, ses émotions dans la vie de tous les jours.
Charles DELCOURT
___________________________________

3e PRIX DU LIVRE
3e prix du livre - Coup de cœur - RDV•I 2015

Charles DELCOURT
Lille - France
charlesdelcourt@yahoo.fr
http://www.charlesdelcourt.fr

Charles Delcourt est architecte paysagiste de formation. On retrouve dans ses images un sens aigu de la composition, une mise en espace précise des êtres et des choses. Charles travaille la couleur pour en faire un trait d'union entre ses différentes photos et sujets. Il n'évite pas le décalage - joue avec nos certitudes raisonnées, désarçonne par les clins d'œil apparaissant dans sa photographie. Il vit sans doute le monde comme un passager souriant et solidaire.

Face nord

Charles Delcourt a navigué à vue, de terril en terril, aiguillé par son regard et sa formation de paysagiste. Il crée des images drôles, émouvantes, en sympathie avec les personnes rencontrées. Andreï Kourkov, célèbre auteur du Pingouin, et de nombreux romans traduits dans 36 langues découvre les photographies de Charles Delcourt et décide de le rejoindre sur son parcours. Il écrit trois récits inédits qui prolongent les images, animent les personnages. Charles et Andreï, escaladeurs du réel, sont reliés aux habitants du bassin minier par un trait spécifique, un sens de l’humour solidaire qui franchit toutes les frontières.
Laure AGNERAY
___________________________________

PRIX DU PUBLIC
4e prix du livre - Prix du public - RDV•I 2015

Laure AGNERAY
Offrethun - France
marthefernandeditions@gmail.fr
www.editionsmarthefernand.com

Laure Agneray commence la photographie pour assouvir un besoin de « fixer » sa vie, et l’aider à prendre conscience de ce qui l’entoure.
C’est ainsi, à la recherché de l’intense émotion que son objectif erre d’un monde à l’autre capturant ce qu’un furtif regard ne saurait percevoir.
« J’ai besoin de proximité pour photographier, de transpercer l’apparence pour atteindre l’émotion et je ne saurais et ne voudrais photographier le néant et l’indifférence ».

Confiance et Rêves Eveillés
C’est à la naissance de son premier enfant, en 2003, que Laure Agneray prend conscience de la fragilité de la vie. Emerge alors en elle cette volonté de protéger l’enfance et de susciter la bienveillance autour d’elle.
Comme une évidence, la photographie s’invite naturellement dans son quotidien, et devient alors un moyen pour exprimer sa mission, et faire passer son message.
Spontanément, ses enfants deviennent sujets de ses œuvres par la facilité de les photographier sans frontières, en toute liberté.
Son premier livre est un recueil de ses plus belles œuvres, longtemps gardées secrètes. A travers cet ouvrage, Laure Agneray s’éveille et plonge le lecteur dans un univers féérique, où se mêle amour, respect et confiance. Témoin des fantaisies de ses enfants, ses œuvres dévoilent une multitude de sentiments. Craintes, audace, gaité, tristesse… sont autant d’émotions que l’artiste partage à travers ce beau voyage.

© 2017 - Rendez-vous • Image
Retourner au contenu | Retourner au menu